Histoire

Un peu d'histoire...

Préhistoire

Sur le territoire de Cabestany, des fouilles archéologiques ont révélé, grâce aux pierres taillées mises au jour, la présence d’une occupation humaine durant le Paléolithique inférieur.

Antiquité

Cabestany constituait une station romaine entre le IIème siècle avant J-C et le Vème siècle de notre ère comme le prouvent des céramiques, des pièces de monnaie et autre mobilier découverts lors de fouilles.

La Via Domitia (la voie Domitienne était une route romaine très empruntée) passait au sud-est de la ville.

Une station romaine est située sur le versant sud d’une hauteur appelée « Serrat d’en Diumenge », à 500 mètres à l’Est/Sud-Est de Cabestany et à 1 km à l’ouest du chemin dit de
« Carolus Magnus », parcelle C5 du plan cadastral (actuellement lotissement « La colline »).

#
La Via Domitia traverse Cabestany
# #

Résultats des recherches de 1946 …

Le Chemin de Carolus Magnus se confond jusqu’à Elne à la Voie Domitienne (Cabestany se trouvait sur cette voie entre Château Roussillon et Elne). Diverses poteries ont été trouvées. Elles datent de cet habitat rural. Il fut créé à la fin du IIe siècle avant J-C après la conquête du pays par les Romains (121 avant J-C) et disparaît au Ve siècle. Cette station a donc été occupée sans interruption depuis le début de la colonisation romaine en Roussillon jusqu’aux invasions barbares.

D’après les observations, cet habitat rural était relativement aisé.

... et de juillet 1972.

Au cours des travaux du lotissement « La colline », un énorme dépôt de chaux et une jarre antique accompagnée d’une grande quantité de fragments divers d’époque romaine, « tegulae » portant la marque déjà signalée en Roussillon de « fabriciae quietae », tessons de sigillée, fragments de « dolia », etc… ont été découverts.

Des dates qui concernent Cabestany :

  • 927 : 1ère mention de Cabestany (Cabestagnium) dans un acte écrit
  • 26 mars 1089 : 1ère mention de l’église dédiée à la Vierge Marie
  • 24 janvier 1175 : Arnaud de Cabestany, seigneur du bourg du même nom et père du troubadour Guillem de Cabestany, dicte son testament.
  • Seconde moitié du XIIème siècle : Guillem de Cabestany écrit ses poèmes chantés parmi lesquels « Lo dous cossire » (le doux souci).

Le célèbre sculpteur roman nommé le Maître de Cabestany réalise le tympan dédié à la Vierge Marie. Le tympan est aujourd’hui conservé dans l’église paroissiale où il a été découvert en 1930. D’autres sculptures sont exposées au Boulou et à Passa (Roussillon), en Languedoc (Aude), en Italie (Toscane) et en Espagne (Catalogne et Navarre).

#
  • 1172 - 1276 : Monarchie Catalano-Aragonaise. Par legs testamentaire, le comté de Roussillon, auquel appartient Cabestany, passe sous la dépendance Catalano-Aragonaise (Espagne) alors que son évêché (Elne) dépend toujours de la métropole de Narbonne.
  • XIIIème siècle : la commanderie de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem possède la seigneurie de Cabestany jusqu’à la fin de l’Ancien Régime (1789).
  • 1344 - 1410 : Thalassocratie Catalano-Aragonaise avec la dynastie des Trastamare. Une politique fondée sur l’expansion maritime est mise en œuvre. Les rois d’Aragon sont également rois de Valence et de Majorque, de Sardaigne et de Corse, comtes de Barcelone, de Roussillon et de Cerdagne. Le dernier monarque sera de plus roi de Sicile.
  • 1410 - 1659 : par légation testamentaire, le comté de Roussillon appartient désormais à la couronne d’Aragon (Espagne) puis à la dynastie des Habsbourg (Charles Quint empereur) dès 1516. S’ensuit une série de batailles et de tractations entre français, catalans et castillans.
  • 7 novembre 1659 : signature du Traité des Pyrénées par le roi de France et de Navarre, Louis XIV. Les frontières entre la France et l’Espagne s’établissent et se situent dorénavant sur la chaîne montagneuse des Pyrénées. Le Roussillon devient alors une province.
  • 31 mai 1660 : la France annexe le Roussillon et le Vallespir, le Conflent, le Capcir et une partie de la Cerdagne ainsi que les terres jouxtant le Conflent et le Capcir.
  • XVIIIème siècle : le Roussillon est mis à l’écart du royaume de France mais entretient toujours des relations avec la Catalogne. L’agriculture constitue le revenu économique essentiel malgré de nombreuses inondations.
  • 1787 : Cabestany compte 25 habitants permanents et 36 occupants provisoires (saisonniers ou brassiers).
  • 15 janvier 1790 : un décret de l’Assemblée Nationale crée 83 divisions administratives. Les départements remplacent les anciennes provinces. Celle de Roussillon devient donc département des Pyrénées-Orientales avec adjonction du territoire languedocien de Saint-Paul-de-Fenouillet. Le département est divisé en trois districts : Perpignan (plaine du Roussillon dont Cabestany fait partie), Prades (Conflent, Cerdagne, région d’Ille-sur-Têt) et Céret (Vallespir et région de Thuir).
  • 7 mars 1793 : le gouvernement français déclare la guerre à l'Espagne.
  • 17 juillet 1793 : bataille franco-espagnole importante entre Cabestany et Orle relatée par François-Xavier Antoine de Llucia (député-maire de Perpignan puis conseiller du département et procureur-syndic) dans une lettre à sa mère datée du 18 juillet de la même année.
  • 3 septembre 1793 : les espagnols entrent dans le village qu’ils saccagent.
  • 17 septembre 1793 : victoire décisive des français sur les espagnols à Peyrestortes où s’est illustré le général Cassanyes.
  • Début XIXème siècle : le département est l’un des moins peuplé de France. Cabestany est touchée par des épidémies de paludisme (malaria) dues à la présence de l’étang. A la fin du siècle, la prospérité revient avec une économie fondée sur l’agriculture de marché.
  • 9 décembre 1905 : loi de séparation de l’église et de l’Etat.
  • 12 janvier 1924 : création de la commune de Saleilles qui composait jusqu’alors un hameau de Cabestany.

Télécharger l'article de 1950 se rapportant aux fouilles de 1946 ici

Accéder au site du Centre de Sculpture Romane ici


Cabestany, du village à la ville

Une démarche originale.
Une action proposée et réalisée par les habitants eux-mêmes !

C'est lors des tables rondes Agenda 21 sur le thème de la culture que les habitants ont proposé une action pour recenser et faire connaître le patrimoine bâti et historique de Cabestany.

A l'issue de ce recueil, il est apparu évident qu'une exposition était le meilleur outil pour faire part du travail effectué depuis deux ans.

Cinq thèmes à parcourir : le territoire, l'école, les fêtes, le commerce, l'église.

Du village à la ville - Ouvrir le PDF